CANSEE declaration against systemic racism/ déclaration contre le racisme systémique

The Canadian Society for Ecological Economics (CANSEE) declaration against systemic racism

CANSEE stands on the side of victims of oppression and systemic racism. In particular, we are outraged and saddened by the murder of George Floyd at the hands of Minneapolis Police officers. This, however, is not an isolated event but one more instance of systemic racism and oppression in our global society. Canada is not exempt from racist attitudes and practices, with the federal and provincial governments exercising state-sanctioned violence against silenced and oppressed black, brown and Indigenous bodies. For example, despite being the original inhabitants and stewards of these lands and waters, and now making up only 5% of Canada’s population, Indigenous First Nations represent 30% of Canadian prisoners.

CANSEE through its membership supports justice for victims of crimes against humanity, and racism is a crime against humanity. Our community’s research focuses not only on the ecological limits and consequences of different economies, but also emphasises the social and historical contexts under which the market operates. With this statement we reaffirm our commitment to conducting research that sheds light on the economic process and drivers that shape racialized, ecological, and gender inequalities and perpetuate colonial legacies. Furthermore, we aim to devote more energy and time to give the historically silenced a voice, and are committed to enabling research methodologies that empower the oppressed and challenge academic norms and conventions.

For further reading, resources and pathways to explore:

Déclaration de la Société canadienne d’économie écologique contre le racisme systémique

La Société canadienne d’économie écologique tient à signifier son appui aux victimes de l’oppression et du racisme systémique. Nous sommes tout particulièrement scandalisés et attristés par le meurtre de George Floyd aux mains des policiers de Minneapolis. Cependant, il ne s’agit pas d’un événement isolé, mais d’une pratique systémique qui révèle les véritables travers de nos sociétés. Le Canada n’est pas exempt d’attitudes et de pratiques racistes, les gouvernements fédéral et provinciaux exerçant eux aussi une oppression contre des minorités bien souvent réduites au silence. Par exemple, bien qu’ils soient les premiers habitants et gardiens de ces terres et de ces eaux, et qu’ils ne représentent maintenant que 5% de la population du Canada, 30% des détenus canadiens sont autochtones.

La Société canadienne d’économie écologique, à travers ses membres, soutient sans réserve la justice pour les victimes de crimes racistes. La recherche effectuée par les membres de notre communauté se concentre non seulement sur les limites écologiques et les conséquences des différentes économies sur la biosphère, mais met également l’accent sur les contextes sociaux et historiques dans lesquels la production économique a lieu. Par cette déclaration, nous tenons à réaffirmer notre engagement à mener des recherches qui mettent en lumière les processus et les moteurs qui façonnent les inégalités raciales, écologiques et de genre, et qui perpétuent l’héritage colonial. En outre, nous visons à consacrer temps et énergies à donner une voix aux personnes historiquement réduites au silence, et à utiliser des méthodes de recherche qui autonomisent les opprimés et défient les normes et conventions académiques.

Pour en savoir davantage sur cet enjeu, nous vous invitons à consulter ces ressources:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *